Notre façon de travailler en maraîchage biologique

Nous avons choisi de cultiver en agriculture biologique (AB) car nous souhaitons proposer des légumes sains (sans produits chimiques de synthèse) et savoureux.

Le cahier des charges de l’AB garantit des conditions de production favorisant la santé du consommateur, du producteur et de leur environnement.

  • Pas d’utilisation d’engrais chimiques
  • Pas d’utilisation de produits de traitement de synthèse
  • Pas d’utilisation de désherbant chimique
  • Rotation des cultures

Comment gère-t-on le désherbage?

Culture de printemps sous serre: fenouil, carotte et pomme de terre
Culture de printemps sous serre: fenouil, carotte et pomme de terre

Le désherbage est un poste crucial en culture de légumes. Si les adventices (autrefois appelées “mauvaises herbes”) prennent le dessus sur la culture, la récolte sera fastidieuse et le rendement très faible.

Nos cultures sont désherbées à la bineuse tractée, la herse étrille, mais aussi en grande partie à la main et à la binette.

Binette à étoile pour sarcler
Binette à étoile pour sarcler

Depuis quelques années, nous travaillons de plus en plus avec des paillages naturels (mulch de foin et de paille broyée) qui offrent l’avantage de supprimer quasiment la nécessité de désherber.

Culture de courgette paillée au foin
Culture de courgette paillée au foin
Echalion sur paille broyée

Pour faire face au surcroît de désherbage, nous embauchons un salarié l’été.

Les paillages plastiques: on s’en passe!

Il existe des bâches plastiques biodégradables que l’on fixe sur le sol, puis que l’on perce pour planter.  Cela permet de diminuer considérablement le travail de désherbage. Mais elles sont fabriquées notamment à partir de maïs. Pour des raisons d’éthique nous ne les utilisons pas. Il nous paraît illogique de travailler avec des plastiques issus de l’agriculture conventionnelle d’une part et d’utiliser une matière première cultivée pour une autre culture d’autre part.

Le paillage des grandes surfaces de culture

Nous ne pouvons pas tout faire à la main!

Nous avons donc acheté une “Tarup” qui coupe l’herbe de nos prairies au stade foin, envoie l’herbe dans un épandeur. Puis nous épandons l’herbe sur les planches avec l’épandeur. Il ne reste plus qu’à planter à travers le paillage. L’épandeur nous permet également d’apporter la paille broyée moyennant quelques manipulations qui prennent du temps, mais qui permettent d’en gagner beaucoup par la suite!

Pour que les légumes soient en bonne santé et peu sensibles aux maladies : la prévention!

  • nous respectons notre sol: labour évité au maximum, préparation des surfaces de semis avec des outils à dent, semis de couverts végétaux entre les cultures.
  • nous favorisons le fonctionnement naturel de la fertilité du sol: paillages végétaux pour nourrir la faune du sol… qui nourrira les plantes
  • nous choisissons des variétés de légumes rustiques et adaptées au climat local
  • nous fertilisons modérément, avec du fumier composté
  • nous utilisons des extraits fermentés de prêle et d’ortie pour stimuler et renforcer les défenses des plantes lorsque c’est nécessaire (pour les tomates, aubergines, poivrons et pommes de terre notamment)

Cela nous permet de ne pas intervenir avec des insecticides et fongicides. Ces pesticides tuent les champignons du sol et les “auxiliaires des cultures” tels que les larves de coccinelle, chrysopes, carabes… ainsi que toute une petite faune et flore inoffensive mais indispensable à l’écosystème.

Culture de chou rave
Culture de chou rave

Le cas spécifique de la teigne du poireau: jusqu’alors, nous surveillions la culture et nous utilisions un insecticide spécifique à base de bacille (bacillus thuringiensis ) qui lutte contre les larves de ce papillon responsable des poireaux véreux. Nous ne l’utilisons plus depuis 2018, car un nouvel insecte,  la mouche mineuse du poireau a passé la Loire en suivant le réchauffement climatique. La seule solution pour protéger la culture de poireau et de les protéger avec un voile plastique à mailles très fines.

Culture de poireau "gros jaune du Poitou"
Culture de poireau “gros jaune du Poitou”

Pour éviter les attaques d’insectes nous couvrons certaines cultures avec des filets du type “climax”. C’est le cas pour les carottes, panais, navets, choux…

Culture de panais
Culture de panais

Nous testons le rôle des paillages végétaux dans la prévention des attaques d’insectes: selon la littérature, les cultures plantées en sol bien pourvu en matière organique (au moins 4%) et non travaillé ne seraient pas attractives pour les insectes. Nos tests sont en cours pour les poireaux et rutabagas que nous avons laissés sans voile de protection: nous vous tiendrons au courant des résultats!

Nos plants de légumes

Nous produisons nos plants. Cela nous permet de proposer des variétés de légumes intéressantes pour leur goût, leur rusticité et leur conservation, et adaptées à notre terroir.

Plants d'aubergine en pépinière
Plants d’aubergine en pépinière
Betterave en pépinière
Plants de betterave en pépinière

L’arrosage

Lorsque cela est nécessaire, nous irriguons les cultures à l’aide de tuyaux “goutte à goutte”. Cet équipement présente l’avantage d’arroser uniquement le rang et de limiter les pertes par évaporation.

L’inconvénient majeur est de devoir passer beaucoup de temps à déplacer ces fameux tuyaux…

Culture de betterave arrosée au tuyau goutte à goutte.
Culture de betterave arrosée au tuyau goutte à goutte.

Ce système n’est pas suffisant en cas de sécheresse, et une fois encore, nous avons obtenu d’excellents résultats sans arroser en paillant les cultures avec du foin et de la paille. Ces paillages limitent fortement l’évaporation de l’eau du sol et tempèrent les fortes chaleurs et l’ensoleillement direct qui peuvent cuire littéralement le sol et toute la petite faune des premiers centimètres.

Récolte et conservation

Nos légumes sont cueillis à la main et vendus très frais. Une cave nous permet de conserver naturellement nos légumes d’hiver sans consommer d’énergie et sans provoquer de choc thermique pour les légumes.

Stockage des pommes de terre en cave
Stockage des pommes de terre en cave

Pour aller plus loin

La terre ne reste jamais nue en hiver. Lorsque les cultures sont terminées, nous semons un couvert végétal de phacélie ou de seigle. Cela conserve et améliore la fertilité et la structure du sol et évite l’érosion hivernale due aux pluies. Ces couverts empêchent également le ruissellement responsable du colmatage et de la pollution des rivières. Ce n’est pas fini ! Cela évite aussi le lessivage responsable de la pollution des nappes phréatiques, et enrichit progressivement le sol en matière organique: stockage de carbone dans le sol. C’est bénéfique pour la faune du sol -source de nourriture- et pour le climat.

Engrais vert de seigle
Engrais vert de seigle
Engrais vert de phacélie
Engrais vert de phacélie

Nous préservons et replantons les haies.

Nous re-créons et préservons les espaces réservoirs de biodiversité: mares, prairies humides, ripisylve…